Pourquoi migrer vers FreeBSD ?

Informatique, FreeBSD, comportements toxiques

Pleins de choses permettent de bien dégouter du monde Gnu/Linux, comme les “grosses têtes pensantes” qui se donnent leur avis inutile, celleux qui refusent de prendre les minorités, ceux qui virent des commits de bonne qualité, juste parce qu’ils sont écrits par des femmes.

 

 

Même si Torvalds a changé d''altitude (dans le bon sens), et a vraiment secoué sa communauté, ça ne semble se répercuter dans la couche la plus basse de libristes, qui sont sectaires (et sans intérêt). Ils continuent de faire comme avant, ou de faire semblant que les problèmes de non-inclusivité ont été pris en compte.

 

La communauté du logiciel libre, en générale, est toxique. Comme l’était celle de FreeBSD, mais visiblement, depuis l''adoption d''un VRAI code de conduite. La pillule a eu du mal à passer chez certain·e·s, qui ont piqué leur crise, sur Reddit. Mais maintenant, soit ça a forké, et plus personne n’a jamais entendu parler d’elleux, soit c’est resté, et ça se la ferme.

 

Au niveau technique, je vais donc vous faire l’éloge à propos de FreeBSD, récemment installé sur mon ordi portable. J’ai donc un dualboot Windows 10/FreeBSD, avec un démarrage géré par l’UEFI pour les deux, c’est à dire sans le Windows boot manager, et l’autre truc pour FreeBSD.

 

Bien que ça soit chiant à installer, la batterie tient plutôt bien parce que c’est hyper simple de trouver des solutions pour optimiser. Même avec la luminosité à plein, l’autonomie reste très correcte. Il y a vraiment pas mal de possiblités pour bien gérer son système et le faire correspondre à ses besoins. Un peu à la Arch Linux, mais en largement plus intéressant, et avec sûrement moins de risques de croiser JeanMichel JePasseMonTempsSurArchDoncJeSaisTout.

 

Une autre grande force de FreeBSD, c’est sa documentation immense. Lisible, intéressante et enrichissante parce qu’il y a énormément de détails. Sans compter les tutoriels disponibles, en cherchant bien 5 minutes. Après, ce n’est évidemment pas fait pour les débutant·e·s parce que c’est chiant à lire et à assimiler. Et quelqu’un qui veut se servir directement d’un ordi, va soit installer (*)Ubuntu ou Mint, ce qui est compréhensible. Ce sont des distributions biens finies, stable et tenables à long terme, sans devoir forcément triturer (sauf cas particuliers)

 

Encore mieux : la gestion des services, atypique mais largement mieux foutu : il suffit juste de trifouiller comme il faut le /etc/rc.conf et le /boot/loader.conf. La gestion des services est centralisée dans ces deux là, même si c’est résumé vite fait de le dire. Par contre, ça devient vite le bazar, et il faut aimer les fichiers denses.

 

Les ports sont magiques, et c’est vraiment un truc qui me manque quand je switche sur mon serveur pour le bidouiller. Mieux foutu et plus sérieux que AUR en plus.

 

FreeBSD est quand même le seul système à avoir réussir à gérer une foutue Graphics 400, qui n’arrếtait pas de faire des caprices sous Linux. Soit ça bootait, mais j’avais pas d’accélération graphique, et aucune gestion de luminosité, soit ça ne bootait pas. Même Windows y arrive !

Du coup sur FreeBSD, je n’ai pas de gestion de la luminosité, mais j’ai au moins l’accélération graphique et quelques trucs comme ça qui rendent l’utilisation d’un ordinateur agréable.

 

 

Les seuls inconvénients que j’aurai à ajouter, c’est la complexité et le temps passé dessus pour que ça tourne correctement, sinon le système bouffe la mémoire vive et la batterie pour rien.

Et aussi, le système de fichiers le plus drôle : l’UFS, qui n’est pas montable en écriture sur Linux, c’est pas pratique pour virer une ligne foireuse. Heureusement, y a moyen de se débrouiller via une session spécifique, accessible au démarrage. Il ne faut pas enlever à l’UFS que ça se débrouille encore mieux que l’EXT4 sur SSD.

En dernier inconvénient, le support du matériel, qui est assez aléatoire, dans le sens ou du matériel peu commun est reconnu sans problème mais d’autres non. Par exemple, pas de mise en veille de possible sur mon ordi. Reste que les pilotes semblent être légérement mieux finis que ceux de Linux.